Retour "hier"

21 décembre 2003 - Castelfranc - à l'église

Piano et voix (Tango)

Catherine Malaprade et Alain Gourmanel

en association avec Arts & Traditions sur le Thème : "Danse et Poésie"

 

Programme de la manifestation
 Le mot du maire
 Art et Tradition
 Croix du Mayne
 Les Musiciens
 Tango à deux
 Le programme du concert
 L'après concert


PROGRAMME DE LA MANIFESTATION

Rendez-vous à 16h30 devant l'Eglise de Castelfranc

Première partie : concert Tango à l'église

Deuxième partie : Animation à la Salle d'Accueil

Dégustation

 

Haut de page
Retour "hier"

 

LE MOT DU MAIRE

Pour la deuxième année consécutive, nous avons la chance de pouvoir assister dans notre beau village un

Concert de Noël

Une animation complète et variée qui nous permettra de vivre cette année une après-midi dans l'ambiance de l'argentine et plus spécialement du

Tango Argentin.

Sous le signe de l'amitié et de la bonne entente, deux associations se sont unies pour mener à bien ce projet : "Musiques en Pays d'Olt", venue de Prayssac et "Art et Tradition", bien implantée dans notre village.

Cette deuxième expérience nous réserve, c'est sûr, bien des plaisirs et nous nous réjouissons à l'idée de passer, tous ensemble, une après-midi dans la joie et la bonne humeur, juste avant les fêtes de Noël.

Roger Milhau

 

Haut de page
Retour "hier"

 

ART ET TRADITION

Association Castelfrancoise créée en 1992, elle regroupe une dizaine de bénévoles passionnés, tous engagés dans la protection et la valorisation du patrimoine local. Pour ce faire, l'Associaiton organise, depuis le début, des journées à thème où l'art et la culture servent de façon originale et inédite la tradition, se savoir faire et l'histoire du village.

Dans le cadre de ce concert de Noël et pour la deuxième année, Art et Tradition rejoint Musiques en Pays d'Olt. Cette année, le thème qui semble loin de nos racines lotoise est proche de nos aspirations et de nos passions, et nous sommes heureux de présenter, à travers cette culture hispano-américaine, des artistes de chez nous, danseurs et comédiens au talent incontesté.

 

Haut de page
Retour "hier"

 

CROIX DU MAYNE

 La famille Pélissié est installée dans la vallée du Lot depuis le XVè siècle et perpétue depuis cette époque la tradition viticole propre à cette région. Les archives familiales attestent de l'ancienneté de cette lignée de vignerons : en 1807, un Sieur Pélissié se soumet (dejà !) au paiement des txes sur la circulation des vins. En 1894, Antoine Pélissié reçoit la Médaille d'Or au Concours Régional Agricole pour le millésime 1872 de son vin, puis c'est Alban Pélissié qui préside aux destinées du vignoble au début du XXè siècle.

 

Jean-Pierre Pélissié, le père de l'actuel propriétaire, s'est consacré au renouveau de l'Appellation Cahors à travers son action au sein des organisations professionnelles locales.

En 1987, François Pélissié baptise le domaine "Croix du Mayne" et prend en main le développement du vignoble qui passe en moins de 10 ans de 4 à 20 ha grâce à l'acquisition de nouvelles parcelles, choisies par la qualité du sol et de l'ensoleillement.

Le savoir-faire de François Pélissié est srégulièrement confirmé par de nombreuses récompenses et citations : médailles à Mâcon, à Toulouse, citations dans le Guide Hachette, la presse spécialisée...

TERROIR - ENCÉPAGEMENT : le domaine s'étend sur une vingtaine d'hectares de sols graveleux en deuxième terrasse du Lot exposés au Sud et au Sud-Ouest. L'encépagement est composé à 80% d'auxerrois, dénomination locale du malbec et de merlot.

CULTURE - VINIFICATION : l'âge moyen du vignoble est de 20 ans. Les vignes sont cultivées dans le respect des méthodes traditionnelles. La vinification s'effectue sur une période de 3 à 4 semaines. Elle est suivie d'un vieillissement en fût de chêne durant 8 à 12 mois.

DÉGUSTATION : très sombre, la robe annonce le bouquet concentré et complexe de fruits rouges et noirs sur fond boisé, la bouche structurée aux tanins fermes et épicés monte en puissance et se montre persistante. Servi légèrement chambré (de 13 à 15°), Croix du Mayne accompagne idéalement les viandes rouges grillées ou en sauce, les fromages typés ainsi que toute la cuisine du Sud-Ouest (cassoulet, confit, magret...).

Haut de page
Retour "hier"

 

LES MUSICIENS

 

 

Alain Gourmanel, né à Figeac dans le Lot (France) a commencé des études de chant classique en 1978 principalement avec Jacqueline Gironde, professeur au conservatoire de Rosny sous bois en région parisienne. Il a intégré différents groupes musicaux (fanfare, groupe lyrique, musique de chambre) pour se dédier à partir de 1997 au tango : sa danse, sa musique et sa poésie.

Il a reçu, notamment, les enseignements de Nathalie Clouet, danseuse et chorégraphe contemporaine, d'Anne Le Corre, Christine Chazelle, Diego Trosman et Fernando Maguna, jeunes musiciens issus de l'orchestre école de tango ou de l'école de musique populaire d'Avellaneda de Buenos Aires (Argentine). Fernando Maguna, par ailleurs, l'a dirigé dans la création du répertoire du duo Piano/voix qu'il constitue avec Catherine Malaprade. Enfin, Felisa Mezquita professeur d'argentin, lui fait découvrir la langue et la culture de son pays.

Alain Gourmanel a intégré plusieurs formations : l'orchestre typique "El Nono", le "Quartet Rouge Tango" comme invité, "Chapa-Chapa" qu'il a créé et, actuellement, le "Quinteto Del Alma" (bandonéon, piano, violon, 2 voix).

 

Catherine Malaprade, 1er prix de piano, de musique de chambre et de solfège au conservatoire régional de Versailles (France), enseigne, depuis, la musique dans divers conservatoires de Paris et sa Région.

Le tango qu'elle a découvert en premier lieu par la danse est rapidement devenu sa passion lorsqu'elle perçoit la richesse de l'expression pianistique de ce genre musical. Elle rencontre et suit les enseignements de différentes générations de musiciens argentins, références dans le monde du tango tels que, Alfredo Marcucci, bandonéoniste qui a débuté à partir de 1945 dans les meilleurs orchestres de l'âge d'or du tango, Juan-José Mosalini, bandonéoniste trait d'union entre cet âge d'or et l'expression musicale d'aujourd'hui, enfin, Fernando Maguna, jeune pianiste au jeu intimiste qui transmet sa culture, notamment avec Diego Trosman, guitariste, dans le cadre de sessions musicales organisées par l'association Octaèdre d'Anne Le Corre et Christine Chazelle, tous les quatre issus de l'orchestre école de tango ou de l'école de musique populaire d'Avellaneda de Buenos Aires (Argentine).

Catherine Malaprade, d'abord pianiste de l'orchestre typique de tango "El Nono", constitue avec Alain Gourmanel un duo Piano/voix et intègre la jeune formation "Quinteto Del Alma" (bandonéon, piano, violon, 2 voix).

 

Haut de page
Retour "hier"

 

TANGO A DEUX

Catherine Malaprade, pianiste, et Alain Gourmanel, chanteur né à Figeac, tous deux musiciens professionnels, se sont rencontrés dans une salle de bal de tango, appelée "Milonga". Leur passion commune pour cette musique les a aussitôt réunis au sein de l'orchestre typique "El Nono" : ce fut le début d'une collaboration enrichissante qui les conduisit à créer ce duo, piano et chant, qui exprime, sous une forme plus intimiste, l'essence et l'esprit du Tango argentin.

Le Tango, genre musical né à la fin du XIXème siècle en Argentine, mélange différentes expressions venues de diverses latitudes : Italie, Afrique, Espagne, Europe de l'Est, France... C'est avant tout une musique folklorique née dans le port de Buenos Aires, lieu de rencontre de ces populations à la recherche d'une nouvelle patrie, et qui s'exprime à la fois par la danse, la musique instrumentale, et le chant. A ce propos, les textes du Tango, véritables poèmes, expriment la nostalgie d'un monde perdu.

Sur le plan musical, nous avons affaire à une tradition orale, qui n'a laissé que des mélodies, sur lesquelles chaque musicien imprime sa personnalité. Ainsi les Tangos qu'interprètent Catherine Malaprade et Alain Gourmanel sont des arrangements de compositeurs actuels tels que Fernando Maguna, Hernán Posetti, par ailleurs remarquables interprètes.

Tango vivant, donc, puisque Michel Capelier a écrit pour l'occasion, sur commande, cette belle partition sur un texte de Juan Gelman, poète argentin : "Mí Buenos Aires querido". Ce titre, à l'origine, fut créé par Carlos Gardel, notre toulousain bien-aimé, pour un de ses succès des années 30, dans lequel il exprimait son attachement à sa ville d'adoption et aux amours qu'il y a laissés. Tandis que Juan Gelman est ici écartelé entre l'attachement à sa ville natale, et la souffrance qui l'a tant meurtri.

Comme on le voit, le Tango d'aujourd'hui comme celui d'hier, à la fois par sa musique et ses textes, est un reflet des mouvements qui agitent l'homme dans toutes ses passions. C'est pour cette raison qu'il parle à chacun : la langue, incontestablement exotique, n'est pas un obstacle à la compréhension, et c'est le miracle du Tango qui fait de cette musique notre musique à tous.

Catherine Malaprade, pianiste, et Alain Gourmanel, chanteur né à F
Contacts : Catherine Malaprade au 01 48 05 23 93
Alain Gourmanel au 01 48 83 00 92 - alaingourmanel@wanadoo.fr

 

Haut de page
Retour "hier"

 

PROGRAMME DU CONCERT

 

- La noche que te fuiste (La nuit lorsque tu es partie)

musique : Osmar Maderna
paroles : José María Contursi

Parfois, quand en songe ton image apparaît, radiante et furtive comme un rayon de soleil, je sens que tes mains tiédissent les miennes tremblantes et parlent de ton amour...Alors, lentement tu endors mon esprit,bercement subtil d'une vielle chanson, celle que tu chantais quand tu étais mienne, ombre fébrile qui s'éloigne moqueuseLa nuit lorsque tu es partie, plus triste que toute, la lune a pâli le vent murmure "elle ne reviendra plus"

- Pedacito de cielo (Petit coin de ciel) 1942

musique : Enrique Francini / Hector Stamponi
paroles : Homero Expósito

La maison avait une grille, que les plaintes et les chants d'amour avaient peinte, un lierre, un vieux balcon.Je te lisais mes plus beaux vers et tu riais... Aujourd'hui, à ce souvenir nous pleurons tous les deuxLe silence a endormi la grille et dans ce petit coin de ciel sont restés ta joie et mon amouret je me souviens de ton geste espiègle lorsque je t'ai embrassépar hasard.

- Don Juan (Don Juan) 1898

musique : Ernesto Ponzio
adaptation piano : Orlando Tripodi

- Soledad (Solitude) 1934

musique : Carlos Gardel
paroles : Alfredo Le Pera

Sur le cadran argenté de l'horloge, les heures agonisantes se refusent à passerDes silhouettes défilent et s'éloignent comme ta bouche, qui fut mienne. Seule, reste l'angoisse de ma douleurDans la pénombre de ma chambre, j'espère tes pas qui semblent ne pas oser entrer.

- Malena (Malena) 1942

musique : Lucio Demare
adaptation piano : Orlando Tripodi
paroles : Homero Manzi

Malena chante le tango comme personne ; à chaque vers elle y met tout son curTa chanson a la froideur de la dernière rencontre Je ne sais si ta voix est la fleur d'une peine, je sais seulement que tu es meilleure que moiTes mains sont des colombes qui ont froid, dans tes veines coule le sang du bandonéon...

- Tarde (Trop tard !) 1947

musique : José Canet
paroles : José Canet

De chacun de mes amours il ne me reste que des blessures encore ouverteserreur d'avoir aimé aveuglément, perdu dans un torrent de moqueries et de mensonges...Une fois encore, ta bouche amoureuse me provoque.Même si je voulais t'aimer, je ne pourrais, parce que mon âme a peur que cette comédie recommence...Tout ce que j'ai donné, je l'ai perdu.

- Mi noche triste (Ma triste nuit) 1915

musique : Samuel Castriota
adaptation piano : Orlando Tripodi

- Mi Buenos Aires querido (Mon Buenos Aires aimé) 21 déc. 2003 CRÉATION

musique : Michel Capelier
paroles : Juan Gelman

Assis au bord d'une chaise défoncéele mal au ventre, malade, à peine vivant,j'écris des vers d'abord pleurésdans la ville où je naquis.Il faut apprendre à résister.Non pas à partir, ni à rester,à résister

- Tinta Roja (Encre rouge) 1er enregistrement en 1941

musique : Sebastian Piana
adaptation piano : Orlando Tripodi

- Galleguita (Petite espagnole) 1925

musique : Horacio Pettorossi
adaptation piano : Carlos García

- Malevaje (Le "milieu") 1928

musique : Juan de Dios Filiberto
adaptation piano : Hernán Posetti
paroles : Enrique Santos Discépolo

Dis-moi, bon dieu, qu'est-ce que tu m'as fait que je sois tant changé les autres du milieu étonnés me regardent sans rien comprendreJ'ai perdu ma réputation de gagneurJ't'ai vue passer tanguer, hautaine, sensuelle, au point que j'ne pouvais plus que te voir et perdre ma hargneà tel point que pour compléter le tout, j'n'ai plus qu'à aller à la messe et prier à genoux.

- Uno (On) 1943

musique : Mariano Mores
paroles : Enrique Santos Discépolo

On cherche plein d'espoir le chemin que nos songes ont promis à nos désirsDans notre soif de donner notre amour, on souffre et on se détruit jusqu'à comprendre qu'on a perdu son cur prix à payer pour un baiser refusé et un amour trompeurSi j'avais le cur, le même que j'ai perdu, si j'oubliais celle qu'hier l'a détruit et si je pouvais t'aimer, j'embrasserais ton illusion pour pleurer ton amour.

- Pasional (Passionnel) 1951

musique : Jorge Caldara
paroles : Mario Soto

Tu ne sauras jamais ce qu'est de mourir mille fois d'anxiété...Tu ne pourras jamais comprendre ce qu'est d'aimer à la folie...Tes lèvres qui brûlent...tes baisers qui enivrent...J'ai peur de te perdre, de ne plus te voir...Pourquoi ces doutes quand à chaque baiser je te sens défaillir......je veux mourir dans tes bras.

- Nostalgias (Nostalgies) 1936

musique : Juan Carlos Cobián
paroles : Enrique Cadícamo

Je voudrais me soûler pour éteindre l'amour fou qui, plus qu'un amour, est une souffrance... Nostalgies d'écouter ton rire et de sentir près de ma bouche ta respiration... ...Je ne veux pas m'abaisser, supplier, pleurer, ni lui dire que je ne peux plus vivre.Depuis ma triste solitude, je verrai tomber les roses mortes de ma jeunesse.

- Balada para un loco (Balade pour un fou) 1969

paroles : Horacio Ferrer

Je sais que je suis timbré (piantao)
Tu ne vois pas la lune qui rôde au dessus de l'avenue Callao,
le défilé d'astronautes et d'enfants qui dansent une valse autour de moi
Danse, viens, vole
Fou (loco), je viendrai la nuit le long de ton drap avec un poème, un trombone pour réveiller ton coeur
Fou, comme un acrobate je m'engouffrerai entre tes seins jusqu'à sentir ton cur s'affoler
Aime-moi, ainsi piantao, ouvre toi à ces amours. Viens, vole


Merci à Fernando Maguna pour ses conseils et ses adaptations piano à notre duo.

 

Haut de page
Retour "hier"

 

ANIMATION APRÈS CONCERT

TANGO ARGENTIN

son histoire, son évolution...

avec la Compagnie Média Luz et Michel Albouy

 


Michel ALBOUY

Passioné de Siences Humaines, après avoir occupé un poste de Stratégie et Communication à Psychor, il est actuellement intermédiare en free lance, Guest Relation Director à la Cruise Compagnie et Président de l'Association Isidore Ducasse.

Parallèment à ses activités, il a créé deux troupes de théâtre dans lesquelles il a été à la fois metteur en scène et acteur : la troupe du Scarabée et la troupe de la Moque.

Après avoir fait une série de conférences destinées au grand public sur "Magie, le dixième Art" (il a travaillé avec les plus grands magiciens du monde), il se propose aujourd'hui de raconter le tango argentin, ses origines et son évolution jusqu'à nos jours.

Son propos sera illustré par des récits et des anecdotes, des textes de littérature et de chansons, de la musique interprétée au bandonéon par Michel Capelier, et des démonstrations exécutées par les professeurs de tango argentin Christine Caminade et Laurent de Chanterac.

 

MEDIA LUZ

Acteurs de formation, Christine Caminade et Laurent de Chanterac dansent ensemble depuis 1999, date à laquelle ils créent leur propre compagnie "Media Luz.


Depuis, ils animent des cours, des stages, et des bals dans toute la France.

Pédagogues mais aussi chorégraphes, ils explorent le tango à travers "l'improvisation".

Leur tango dit "nuevo tango" met en jeu la fluidité, la spatialité...

Ils improviseront sur des tangos, des plus classiques (Troilo, Firpo, Pugliese) au plus contemporains (Gotan Project, Barofundo).

 

Haut de page
Retour "hier"