Retour "hier"

 24 mai 2008 - Château des Bouysses - Mercuès - 20h30

en partenariat avec les Côtes d'Olt

« MOZARTEMENT VÔTRE »

Pièce de théâtre musicale
- Quatuor à cordes -


suivie d'une dégustation

Prix des Places : plein tarif 15 euros, tarif réduit 12 euros

Réservation :
Office de Tourisme de Prayssac : 05 65 22 40 57
Caves d'Olt : 05 65 30 57 80

 

Les Caves d'Olt et la musique
Le Château
La Pièce

Le Théâtre
La Musique
Le Compositeur
La Création
Les Côtes d'Olt
Le Foie Gras Philippe Martegoutte

 

  LES CAVES D'OLT ET LA MUSIQUE

Projet animation

L' accord du vin avec la gastronomie est un sujet passionnant et fait, à juste titre, l'objet d'une abondante littérature.

Mais en ce qui concerne « musique et vin », il est bien plus difficile de trouver matière à médiation. Il existe pourtant de nombreux accords possibles... à condition toutefois d'utiliser les bons instruments.

Comme le cinéma, la peinture, la danse ou la musique, le vin a ses critiques, ses poètes et ses techniciens.

Si ce phénomère culturel connaît un tel succès, c'est d'une part grâce à l'évolution de la consommation et d'autre part grâce aux vignerons qui ont changé leurs habitudes... ; ils sont devenus de véritables compositeurs. Ce qui fait qu'aujourd'hui nous rencontrons de plus en plus d'amoureux, de passionnés...

Pour peu que cet amour du vin s'accompagne d'une passion pour la musique, immanquablement un désir d'harmonie, de mariage réussi, finit par s'imposer.

L'oeuvre du vigneron doit s'associer avec celle du musicien.

Ce n'est pas pas hasard si le vocabulaire du vin se rapproche étrangement de celui de la musique : belle attaque, harmonie, équilibre, profondeur, finale...

Pour que ce mariage soit parfait, un seul élément est indispensable... un lieu.

C'est pourquoi les Caves d'Olt et l'association Musiques en pays d'Olt veulent emmener cette union "vino-musicale" dans un lieu chargé d'histoire et de splendeur... le Château des Bouysses à Mercuès.

Ce lieu est en parfaite adéquation avec le vin et la musique.

Bien sûr, on ne peut pas parler du Château des Bouysses sans évoquer dégustation et oenologie. C'est donc dans ce lieu que les Côtes d'Olt et Musiques en pays d'Olt proposent d'ouvrir le monde de la musique au monde du vin.

David Girard, vigneron à la cave

Haut de page
Retour "hier"

 

  LE CHÂTEAU

Historique du Château Les Bouysses

Ce lieu a plus de 770 ans d'histoire.

C'est un édit royal du Xlllème siècle demandant aux Seigneurs de l'époque de donner un peu de leur terre pour y implanter des communautés religieuses ou des monastères qui est à l'origine des Bouysses en 1230. Le Seigneur de Rassiels, Raymond de Lard, (lieu dit au-dessus de Douelle) a donc donné sa terre "les Bouysses" à Dame Guillemette, seconde abbesse de Leyme, pour la fondation d'un prieuré cistercien. Le nombre de religieuses était peu important, une dizaine environ.

A la guerre de Cent Ans, elles furent chassées par les Anglais. Puis, elles sont revenues jusqu'en 1600, date à partir de laquelle elles sont restées dans leur monastère principal de Leyme tout en surveillant ce qui se faisait au Prieuré des Bouysses. En 1745, ces religieuses autorisèrent la démolition de leur chapelle pour construire le chai en lieu et place de celle-ci. Le vin était donc aux Bouysses et les prières à Leyme!

En 1789, tout ce qui était biens d'EgIise étant devenus biens d'Etat, le domaine est vendu en 1791 à François Agar, maire de Mercuès, négociant en vin à Mercuès et à Paris-Bercy. Malheureusement, plusieurs années plus tard, il y a eu l'incendie des entrepôts de Bercy. Le sien a brûlé, il a donc fait faillite et s'est trouvé dans l'obligation de vendre, en 1823, le domaine à l'un de ses cousins, le comte Michel Agar de Mosbourg (comté au sud de l'Allemagne) et titre honorifique qu'il devait à Louis XVIII. Il fut ministre des finances du roi de Naples, Joachim Murat son ami, député du Lot de 1830 à 1834, et président du Conseil Général du Département pendant 14 ans.

C'est lui-même qui a fait construire presque tous les bâtiments existants actuellement, excepté le chai et l'une des caves. L'escalier à double volée et l'élégant perron sont de style italien, style qu'il avait eu l'occasion d'admirer lors de ses différents séjours en Italie. L'Orangerie fut construite en 1820. A côté, les écuries auraient été bâties à la demande de Napoléon 1er qui devait passer avec sa garde et ses chevaux. Il n'est jamais venu !

Par contre, d'après le plan cadastral consulté aux archives départementales à Cahors, daté de 1812, le pigeonnier et son groupe de maisons ainsi que la maison d'habitation de la ferme existaient déjà mais pas les granges.

Le Comte de Mosbourg a eu un fils qui n'a pas eu d'enfants. Ce sont donc les neveux de ce dernier, les Vicomtes de Rougé qui, à la fin du XIXème, ont été les propriétaires. Le dernier vicomte, inventeur des "queues d'avion" avait vendu quelques terres pour financer ses recherches. S'étant fait voler son invention avant d'avoir pu déposer son Brevet et perdant ainsi les cachets qu'il aurait dû toucher, il se trouva alors dans l'obligation de vendre le reste du domaine.

C'est à ce moment là que la famille MARRE en devint propriétaire en 1933.
Après avoir été une simple exploitation agricole, il a été décidé de lancer l'opération de réhabilitation du corps du bâtiment appelé "Château".

http://www.chateaulesbouysses.fr

Haut de page
Retour "hier"

  LA PIECE

 Mozartement Vôtre

 

 

Pièce d'Eric WESTPHAL
et
Quatuor à cordes n°17 en Si bémol Majeur K. 458 "La Chasse" de W.A. MOZART

Mise en scène : Michèle SEEBERGER

Avec
Paul ROUGER : premier violon
Christophe BRUCKERT : second violon
Alain TRESALLET : Alto
Christophe OUDIN : Cello
Michèle SEEBERGER : la domestique

Durée du spectable : 1h30 sans entracte

Synopsis

Le Quatuor Barcarolle est invité à jouer "La Chasse" de Mozart, pour un concert privé.

A l'heure de la répétition, il s'avère que le lieu, difficile à trouver, n'est pas approprié. Problèmes d'acoustique, agitations, crises soudaines, bouderies, colères en tout genre, révèlent la vérité de chacun, voire même l'escroquerie générale de l'entreprise.

Néanmoins l'art et la musique étant les plus forts, le concert aura lieu.

Mises en scène : Notes d'intentions

La pièce met en évidence la nature humaine dans sa profonde fragilité, quand elle s'attaque à la réalisation d'un objet artistique, ici l'exécution d'une oeuvre musicale, "La Chasse" de Mozart.

Par le théâtre, la gestation de l'interprétation est disséquée par le menu. Il est apparu nécessaire de mettre l'accent sur les difficultés intimes de chaque artiste, ainsi que d'exposer les conflits de personnes et de sensibilités, pour dégager des rapports de forces et des tensions dramatiques au sein même du quatuor.

L'écriture théâtrale elle-même est musicale, il faut donc faire sonner à plein la polyphonie de ces quatre tempéraments pour donner le rythme et les ressorts de la comédie ; l'intrigue et le suspense en dépendent.

Par le rire, la psychologie complexe des personnages révèle des êtres proches, sensibles, émouvants, inquiets, plongés dans les affres sans nombre d'une quête quasi impossible et burlesque, d'êtres bons et prêts à temps pour plaire à un public donné tout en restant fidèles au compositeur.

Le choix de dramatiser crises, péripéties et contretemps a pour but d'amuser le spectateur, mais aussi de le préparer au concert qui va suivre, et le mettre en état de véritable impatience d'entendre enfin cette "Chasse" de Mozart pour laquelle on fait tant de bruit.

L'écoute de cette musique dite "sérieuse", se fait alors de plus près, avec d'autant plus d'envie, de plaisir et d'admiration que la comédie en a, auparavant, exposé les arcanes et les chausse-trappes.

Michèle SEEBERGER

Ce spectacle est né de la rencontre complice d'un quatuor à cordes et d'un metteur en scène qui ont eu envie, dans une curiosité mutuelle, de travailler ensemble à partager les richesses de leurs disciplines.
Le projet a pu voir le jour grâce au soutien du CNR de Saint Maur-des-Fossés.

Haut de page
Retour "hier"


  LE THEATRE

 Michèle SEEBERGER, metteur en scène, la domestique

 
 Michèle SEEBERGER commence le théâtre à 15 ans. Elle reçoit une formation théâtrale classique et parallèlement poursuit des études universitaires d'anglais. Elle parfait son apprentissage artistique auprès d'artistes et de pédagogues anglais (Royal Shakespeare Compagny) et russes (GITIS de Moscou) et aborde des disciplines complémentaires comme la danse contemporaine et le mime. Elle découvre divers styles et techniques de jeu auprès d'un maître, Jacques LECOQ.
Elle joue Molière, Giraudoux, Musset, Copi, Renard, Goldoni, Brecht, Anouilh... ainsi que des auteurs contemporains et des créations collectives. Elle interprète aussi Shakespeare et Pinter en anglais. Elle apparaît à la télévision et au cinéma et apporte sa participation à de nombreux courts métrages.
Elle met en scène Diderot, Giraudoux, Tourgueniev, Molière... et Shakespeare plusieurs fois.
Depuis toujours, son métier de comédienne et de metteur en scène l'interpelle sur la formation de l'acteur et la pédagogie. Elle enseigne le théâtre depuis 1982.
Titulaire du C.A., elle exerce aujourd'hui au CNR de Saint-Maur-des-Fossés (94).

Haut de page
Retour "hier"

  LA MUSIQUE

 Paul ROUGER, premier violon

 
Né à Paris en 1965, Paul Rouger entre à l'âge de treize ans au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Il y obtient trois Premiers Prix (violon, musique de chambre, harmonie), une 1ère médaille de solfège spécialisé et un accessit de contrepoint. Il suit ensuite le cycle de perfectionnement en quatuor à cordes. En 1991, il est finaliste du Concours International de Taïwan. Ses professeurs furent Jean Fournier, Antoine Goulard, Gérard Poulet, et Olivier Charlier. Violon solo de l'Orchestre Symphonique Français de 1989 à 1997, il crée à sa dissolution un ensemble baroque de dix musiciens, les Solistes Français, avec lesquels il donne près de 100 concerts par an. Egalement violon solo de l'Orchestre Colonne (depuis 1999), il est aussi professeur de violon au Conservatoire du Centre de Paris. Il a joué à l'Opéra de Paris, avec l'Orchestre Symphonique Français puis avec l'Orchestre Lyrique de l'Opéra et plus récemment avec l'Orchestre Colonne, les plus grands solos du répertoire : la Belle au Bois Dormant, Shéhérazade, le Lac des Cygnes, Raymonda, la Bayadère, Sylvia... Il s'est produit également en soliste avec orchestre (concertos de Beethoven, Brahms, Mendelssohn, Tchaïkovsky, Saint-Saëns, Prokofiev) sous la direction de Laurent Petitgirard, Jean-Pierre Wallez, Eduardo De Carvalho, Lucas Pfaff, Bruno Poindefert, Kyung-Soo Won, Oleg Rechetkine... Chambriste apprécié, il a joué en compagnie d'artistes aussi renommés que Jean-Philippe Collard, Michel Arrignon, Yvan Chiffoleau, Gérard Caussé, Pascal Devoyon, Roland Daugareil, François Guye, Marielle Nordmann, Dominique De Williencourt... « Tout violoniste accompli doit avoir joué les Sonates et Partitas pour violon seul de J.S.Bach » disait Yehudi Menuhin. Cet accomplissement s'est réalisé en juin 2004, à l'aube de ses quarante ans. Paul Rouger a enregistré le 3ème concerto de Saint-Saëns, la Danse Macabre et la Muse et le Poète du même auteur avec l'Orchestre Symphonique Français, et cinq disques avec les Solistes Français, dont plus de 12 000 exemplaires ont été vendus à ce jour.

 Christophe BRUCKERT, deuxième violon
Christophe BRUCKERT, second violon
Il commence ses études de violon à six ans au Conservatoire National de Région de Nancy, et les poursuit au Conservatoire National de Région de Saint Maur des Fossés dans la classe de Marie-Claude Theuveny.
Il entre au C.N.S.M. de Paris dans la classe de Michèle Auclair.
Il est titulaire à l'Orchestre Symphonique Français sous la direction de Laurent Petitgirard pendant 5 ans, ce qui lui a donné l'opportunité de jouer en soliste salle Pleyel, notamment la symphonie concertante de Mozart avec Jessy Levine.
Il est engagé à l'Opéra de Tours durant deux années et aborde le répertoire lyrique.
Il est intégré au groupe de musique Irlandaise "General Guinness" fondé par Yann Letiec, qu'il suit pendant quatre ans au cours desquels il joue au festival interceltique de Lorient.
Dans le cadre de l'hommage à Charlie Parker, il travaille avec Pierre Blanchard et Vincent Pagliarin.
Par ailleurs il accompagne de nombreux artistes : Johnny Hallyday au stade de France et en tournée, Diana Krall à l'Olympia, Ferouz à Bercy, et participe à de nombreux enregistrements de musiques de films (Cassar, Coulais, Adenot, Withaker, Serrero, Audin...) et de variétés (Lama, Melaine Favennec, Aznavour, Mylène Farmer, Obispo, Pagny, Lara, Archive...)
Depuis 1998, il est membre titulaire de l'Orchestre de la Garde Républicaine sous la direction de François boulanger, et interprète toutes les oeuvres du répertoire classique.

 Alain TRESALLET, alto

Il reçoit sa formation musicale au Conservatoire National de Région de Saint Maur des Fossés, où il obtient un Premier Prix d'Alto, de Musique de Chambre et d'Histoire de la Musique.
Il poursuit ses études au C.N.S.M. de Paris, d'où il sortira avec ses prix d'Alto dans la classe de Colette Lequien et de musique de Chambre dans celle de Jacques Parenin.
Il est lauréat du Concours International de Colmar en trio à cordes.
Titulaire du C.A. d'Alto, il est professeur au Conservatoire de Saint-Maur et conseiller pédagogique auprès du Ministère de la Culture pour la préparation au C.A.
Attiré par toutes les formes de musique vivante, il travaille auprès de Francis Lai, Georges Delerue, Jean-Marie Senia, Yves Duteil, et rencontre les jazzmen Martial Solal, Eric Lelam...
Depuis 1994, il est alto solo de l'orchestre Bernard Calmel avec qui il se produit régulièrement en soliste. Et depuis 1999 il est alto solo de l'orchestre "Les artistes d'Osiris".
Il participe régulièrement aux activités de l'Ensemble Orchestral de Paris.
Il est à l'origine de plusieurs ensembles de musique de chambre : le Quatuor de Chartres, le trio à cordes "Horizon 3" avec des musiciens de l'Orchestre National de France, le trio "Canzonetta", et le trio "Bacchus", formation pour flûte, alto et guitare.
Son parcours musical l'amène à entrer en contact avec les ensembles "Itinéraire", "2e2m", "Ars Nova", dont il est l'alto solo et avec qui il est à l'orgine de nombreuses créations (Dusapin, Aperghis, Essyad, Monnet, Cavanna, Barthelemy, Ferreri, Drouet, Markeas...).

 Christophe OUDIN, violoncelle
Il commence le violoncelle au C.N.R. de Boulogne avec Jean Brizard et obtient un Premier Prix.
Il entre au C.N.S.M. de Paris dans la classe de Michel Strauss puis de Maurice Gendron où il obtient un prix de Violoncelle. Par ailleurs dans la classe de Jacques Parennin, et Jean-Claude Pennetier, il obtient aussi un prix de Musique de Chambre.
Deux années durant il est violoncelle solo de l'orchestre des prix du C.N.S.M. Il se perfectionne à Banff au Canada et effectue différents stages en Europe où il rencontre plusieurs fois Janos Starker, Lluis Claret, Maurice Bourgue.
Au sein de l'association "Vs-Art", il joue pendant plusieurs années dans les hôpitaux parisiens avec la pianiste Marie-Christine Marella.
Il se produit dans toute la France avec le quatuor "Schön", soutenu par la fondation Proquartet. Parallèlement, il participe activement à l'ensemble "Entre Temps", formation de musique contemporaine expérimentale sous la direction de Hacène Lharbi. Souvent invité pour encadrer les musiciens de la "Jeune Philharmonie de Seine Saint Denis", il est aussi fréquemment demandé comme soliste (double concerto de Brahms, concerto de Dvorak...). En duo piano et violoncelle, il joue régulièrement à l'Institut Culturel Finlandais et au Musée d'Art Moderne à Paris, des oeuvres de compositeurs finnois et scandinaves.
Outre ses expériences de musique de chambre et d'orchestre symphonique, il pratique la viole de gambe et participe à des concerts de musique ancienne en tant que gambiste dans différentes églises d'Ile de France.
Titulaire du CA, il enseigne actuellement le violoncelle au CNR de Saint Maur des Fossés.

Haut de page
Retour "hier"

 

  LE COMPOSITEUR

 Henri LOCHE

 

Henri LOCHE est né à Paris le 18 Janvier 1929. A 17 ans, il est entré au Cours Normal où il fut l'élève de Robert Planel. Après l'obtention du C.A.P.E.S. d'Education Musicale (en 1951), il entre au C.N.S.M. de Paris dans la classe d'Henri CHALLAN. Il obtient son Prix d'Harmonie en 1954.

Il enseigna l'Education Musicale dans les écoles de la Ville de Paris, puis au Lycée Bergson (Paris XIX°).

Appelé à la Direction du Conservatoire Municipal du XIX° en 1973, il assura cette fonction jusqu'en 1994. C'est pour les élèves qu'il composa de nombreux contes musicaux ainsi que des pièces instrumentales.

Avec sa cantate "La Nuit des Songes", il obtient le Prix de composition chorale d'Ile de France en 1992.
En 2007 l'Association des Chorales Européennes (AGEC) lui a décerné le Diapason d'Or pour son choeur a cappella "Visions fugitives".

Que ce soit dans ses partitions pour orchestre, piano, musique de chambre, ou dans ses ouvrages lyriques, Henri Loche écrit une musique simple, qui chante, avec des harmonies raffinées teintées d'un peu de nostalgie et d'une pointe d'humour. Il écrit ses textes lui-même, tant pour les contes, que pour les cantates, les opérettes, ou son opéra : "le Prêcheur et la Sorcière", ce qui fait de chacune de ces oeuvres un ensemble particulièrement homogène.

Indépendante de toute chapelle, son oeuvre se situe dans la tradition de la musique française du XX° siècle.

Haut de page
Retour "hier"

 

  LA CRÉATION

Impromptu n°2

Deuxième des 3 impromptus pour quatuor à cordes, cette pièce, bâtie sur deux et trois ostinato, traduit une atmosphère mystérieuse et intimiste dans sa première partie, en une sorte de psalmodie.

La seconde partie, plus claire et plus lumineuse, sert de contraste, d'abord à l'alto et au violoncelle, ensuite aux deux violons.

Le retour de la première partie nous replonge dans l'atmosphère mystérieuse et intimiste.

Haut de page
Retour "hier"

 

  LES CÔTES D'OLT

Vins des Caves des Côtes d'Olt

 

Producteurs éleveurs de Cahors depuis 1947

 

Depuis plus de cinquante ans, les viticulteurs de Côtes d'Olt engagent tout leur savoir-faire et toute leur expérience pour obtenir le meilleur du cahors.

Le respect des traditions, la gestion rigoureuse d'un patrimoine vivant et une haute technologie permettent aux cahors de Côtes d'Olt d'exprimer aujourd'hui toutes leurs diversités.

Des cahors remarquables faits d'harmonie et d'équilibre, riches en saveurs, qui donnent accès à tous les plaisirs de la table.

La boutique
La Boutique vous accueille tout au long de l'année. Vous y découvrirez une large gamme de Vins de Cahors A.O.C. et de Vins de Pays que vous dégusterez selon vos choix.
Lors de vos réceptions (mariage, communion, baptème,...), pour vos cadeaux, n'hésitez pas à nous contacter. Des coffrets en bois et divers accessoires vous sont également proposés.

Les horaires d'ouverture
En saison estivale : du 15 avril au 15 octobre
- Ouvert du Lundi au samedi de 9H à 12H00 et de 14H à 18H
- le Dimache de 10H à 12H00 et de 14 H à 18H (en Juillet et août uniquement).
Hors saison : du 15 octobre au 15 avril
Ouvert du Lundi au samedi de 9H30 à 12H00 et de 14H à 18H.

Les visites des caves
Notre cave coopérative, unique sur l'appellation Cahors avec un des plus grands chais de vinification en inox, vous ouvre ses portes toute l'année sur rendez-vous. (groupe de 15 à 20 personnes minimum).

 

 46140 Parnac
Tél : 05 65 30 71 86 - Fax : 05 65 30 35 28
http://www.ville-luzech.fr/vin/vin_cotesdolt.html

 

  FOIE GRAS PHILIPPE MARTEGOUTE

 

 

 

 Depuis plusieurs générations, la famille Martegoute apporte le plus grand soin à la fabrication de ses produits.

La recherche de l'authenticité et la garantie d'un produit de tradition sont nos meilleurs atouts.

Les foie gras entiers de canard et d'oie sont proposés nature ou aromatisés.

D'autres spécialités comme les patés ou les plats cuisinés viennent compléter notre gamme.

 2 pl St Urcisse - 46000 Cahors Tél/Fax : 05 65 22 29 89
Côtes des Crabes - 46340 Salviac Tél/Fax : 05 65 32 00 79

Haut de page
Retour "hier"