La Presse en parle  

25 mai 2002 - Flûte et Piano

Aventure musicale et festive - du 6/06/02

Samedi 25 mai, la petite église de Labastide-du-Vert, souvent mise à l'honneur par le peintre Henri Martin, a résonné des accords magiques d'un merveilleux compositeur-créateur, Henri Loche, et de deux serviteurs passionnés de la musique, Alain Daboncourt à la flûte et Gian Maria Bonino au piano.
Du romantisme de Franz Schubert "un des premiers exemples parfaits du compositeur indépendant", à la musique mélancolique slave d'Anton Dvorak, en passant par les compositeurs contemporains Henri Sauguet "dont l'habileté dans la construction musicale et son goût pour la concision le situent dans la mouvance de Roussel et de Schmitt" et Henri Loche "dont la musique chante...", les mélomanes présents ont apprécié et chaudement applaudi cet exceptionnel concert dont le rappel a permis de savourer le "slow" de Robert Planel, compositeur trop peu joué.
Entre la musique et le vin, la qualité se reconnaît toujours...
En effet, l'originalité de cette soirée était d'associer, en présence de Henri Loche et des interprètes, la musique et le vin avec M. et Mme Hermann du "Clos de Gamot" et "Le Château du Cayrou" lors d'une dégustation de ce divin nectar accompagné de délicieux produits du terroir de la G.A. Besse en attendant le produit "Clos Saint-Jean" du vignoble que fait renaître la famille Jouffreau à Labastide-du-Vert.

 

Un concert exeptionnel -

Pour ce premier concert en l'église de Labastide-du-Vert, l'Association Musiques en pays d'Olt que préside Françoise Paillas, présentait sous une forme originale un concert découvertes. Pour Françoise Paillas, il était important de réunir la musique oeuvre de l'esprit et l'esprit du vin avec le clos de Gamot et le Château du Cayrou.
Côté musical, deux grands interprètes, Alain Daboncourt à la flûte et Gian Maria Bonino au piano. Pour le premier nommé, il découvre la flûte en autodidacte à 14 ans. En 1980, il obtient le diplôme supérieur de concertiste de l'Ecole Normale de Musique de Paris. Il se produit dans les plus grandes salles à Saint-Petersbourg à Turin et à la Salle Gaveau à Paris, à ce jour, il a sorti une dizaine de CD ; quant à Bonino, italien, il a décroché un premier prix au conservatoire de Milan, également un prix de clavecin à Gênes, plusieurs fois appelé dans les orchestres prestigieux ; aujourd'hui il est professeur de piano au conservatoire de Foggia en Italie.
Dans l'assistance, on notait la présence de Michèle Nadal, adjointe au maire ; Jean-Pierre Labro, excusé ; des maires de Castelfranc et Prayssac ; du conseiller général Amigues, président de l 'ADDA et de Danièle Deviers, vice-présidente du conseil général.
Au programme, une sonatine en "Ré minueur" de Franz Schubert, une d'Henri Sauguet, suivie d'une sonatine de Jean Rivier. Au cours de ce concert, les deux virtuoses ont interprété, en présence d'Henri Loche, une sonatine en création, fortement ovationnée.
Pour clore ce concert, une oeuvre d'Anton Dvorak et Slow de
Robert Planel.
Le public était convié, à la salle des fêtes, à un cocktail préparé par la famille Jouffreau. Cela devait permettre des discussions avec les deux interprètes et les organisateurs.

Retour Presse